Connexion à votre espace personnel
 

Les grandes tendances de l’évolution de l’immobilier

Depuis la reprise de début 2015, le marché de l’immobilier est actuellement porté par une hausse des prix et une croissance des transactions. Si cette reprise reste toutefois à confirmer, pour 2017, les professionnels du marché sont confiants. Plusieurs facteurs favorisent l’attractivité du marché : la poursuite de taux bas, la production de crédits bancaires, par exemple. Zoom sur l’évolution des prix et les clés pour bien acheter.

L'évolution des prix en France : ce qu'il faut retenir

Les prix sont repartis à la hausse depuis le 2e trimestre 2015, avec +2 %. Dans certaines régions, et notamment à Paris et dans certaines grandes villes, la hausse des prix est plus brutale que dans d'autres. Sur tout le territoire, les prix dans l'ancien ont cru de 1,7% sur un an au 4e trimestre 2016, selon l'indice Notaires de France-Insee (+0,5 % sur un trimestre).

Les prix de l’ancien et du neuf

Au 4trimestre 2016, les prix des logements anciens en France métropolitaine augmentent de 0,7 % sur trois mois (données corrigées des variations saisonnières), après une hausse de 0,8 % au 3e trimestre. Sur un an, ils progressent de 1,8%, soit la plus forte augmentation depuis le 1er trimestre 2012. Les prix dans l’ancien devraient, eux, croitre de 2,6 % en 2017.

Les prix des appartements augmentent de 2 % sur un an et ceux des maisons enregistrent une hausse de 1,8 %. Dans le neuf, l'indice du prix des logements progresse de 1,4 % sur trois mois au 3e trimestre 2016 (données brutes) et de 0,9 % sur un an.

Le prix moyen du m² par département

Dans 30 % des départements français, parmi lesquels figurent notamment l'Allier, la Corrèze et la Loire, le prix moyen du mètre carré demeure inférieur à 1 300 euros. Dans quelques rares autres, il excède les 4 000 euros. C'est le cas en Ile-de-France, dans les Hauts-de-Seine, dans le Val-de-Marne ainsi qu'à Paris, et dans les Alpes-Maritimes.

 

 

 
Je souhaite vendre mon bien immobilier. Comment le vendre dans les meilleures conditions ?

 

Tout d’abord, fixer le juste prix, en évaluant correctement votre bien, c'est-à-dire ne pas vous faire d’illusion sur sa valeur. Le conseil d’un professionnel est le plus souvent nécessaire : il vous apporte la connaissance du marché. Veiller ensuite à le présenter au mieux (ordonné et propre sont un minimum) en soignant la décoration ou au contraire en le proposant totalement vide. Une pratique venue des Etats-Unis, le « home staging » qui consiste à rendre un bien immobilier le plus impersonnel possible pour en accroitre le prix marchand. Il existe environ 300 entités qui réalisent cette pratique en France aujourd’hui. 

 

Le prix de l’immobilier à Paris et dans les grandes villes de France (mai 2017)

C'est à Paris que les prix des appartements sont les plus élevés, à 8 589 euros le mètre carré en mai 2017, soit une hausse de 6,2 % par rapport à mai 2016. A Paris, non seulement la tendance est à la hausse du prix des appartements anciens sur un an (données CSV) pour le cinquième trimestre d'affilée mais le rythme de la progression s'accélère également : +4,3 % au 4e trimestre 2016, après +3,6 % au 3e trimestre, et +3 % au 2e trimestre. C'est la plus forte augmentation observée depuis début 2012 (+7 %). Par rapport au 3e trimestre 2016 aussi, les prix sont en hausse (+1,4 %).

 

 

 

Comment bien acheter ?

 

Même si plus de la moitié des transactions immobilières sont réalisées en France entre particuliers, vous pouvez vous faire aider par un professionnel, agence immobilière ou notaire, pour trouver votre bien.

Il peut également vous aider dans les formalités juridiques, notamment le compromis ou la promesse de vente. Ils sont préliminaires à la signature de l’acte de vente chez le notaire, qui interviendra généralement 3 mois après (parfois plus). C’est le temps nécessaire pour que le notaire constitue le dossier comprenant les documents nécessaires à la vente (dont les actes d'état civil, état hypothécaire, extrait cadastral, dossier d'urbanisme, diagnostics techniques obligatoires, questionnaire syndic). Ce délai peut également permettre à l'acquéreur de réunir les fonds nécessaires à son acquisition (en particulier s’il contracte un emprunt).

Avec la signature de la promesse ou du compromis, le futur acheteur verse au vendeur une indemnité d’immobilisation, qui équivaut à 10 % du prix de vente du bien immobilier, ce montant pouvant être ramené à 5 % pour les biens d’un certain prix.

Compromis et promesse ont une différence essentielle : si, à travers le premier, l’acquéreur s’engage à acheter le bien, ce n’est pas le cas dans la promesse. Néanmoins s’il n’achète pas il perdra tout de même son dépôt de garantie.

Un délai de rétractation après signature de la promesse (ou compromis) de vente

Après la signature de la promesse (ou compromis) de vente, l’acquéreur dispose d’un délai de rétractation de 10 jours, durant lequel il peut renoncer à l’achat, sans avoir à se justifier et sans verser d’indemnité.

Depuis le 1er juin 2001 (entrée en vigueur de la loi SRU du 13 décembre 2000), les acheteurs disposaient d’un délai de 7 jours pour renoncer à leur achat après la signature de l’avant contrat. Ce délai a été porté à 10 jours, à compter du 8 août 2015, par la loi Macron du 6 août 2015.

Sont concernés par ce droit de rétractation les acheteurs non professionnels d’un logement neuf ou ancien, qui concluent un avant-contrat entre particuliers, par l’intermédiaire d’un agent immobilier ou devant notaire.

 

Comment se décompte le délai de 10 jours ?

Le décompte des 10 jours de rétractation commence à partir du lendemain :

-       de la première présentation de la lettre recommandée lorsque la promesse ou le compromis est signé entre particuliers, avec ou sans agent immobilier ;

-       de la remise en main propre de la promesse ou compromis de vente passée devant notaire.

Si le dernier jour du délai de rétractation tombe un samedi, un dimanche, un jour férié ou chômé, le délai est prolongé jusqu'au 1er jour ouvrable suivant.

Pour se rétracter, l’acquéreur doit adresser sa lettre de rétractation en recommandé avec accusé de réception au vendeur, avant l’expiration des 10 jours.

Durant le délai de dix jours, aucune somme d’argent ne peut être versée à l’acquéreur, sauf lorsque l’avant-contrat est rédigé par l’intermédiaire d'un notaire, ce qui est le cas le plus fréquent, ou d’un agent immobilier disposant d’une garantie financière. Dans ce cas, la somme est déposée sur un compte séquestre et restituée automatiquement à l'acquéreur dans un délai de 21 jours à compter du lendemain de la date de rétractation lorsque celui-ci exerce son droit de rétractation.

L’intervention d’une agence a un coût. Les frais d’agence, qui ne sont pas réglementés, sont généralement équivalents à 5% de la valeur du bien, parfois moins. Ils doivent être clairement affichés dans les locaux de l’agence. Bien que fixés par le vendeur, les frais d’agence sont supportés par l’acheteur. 

 

 

Je souhaite être locataire. Quels sont les honoraires à payer ?

La loi pour l'accès au logement (Loi Alur) du 24 mars 2014 met à la charge exclusive du bailleur les honoraires liés à la mise en location d'un logement. A l'exception de quatre prestations, dont la facturation est partagée entre bailleur et locataire: l'organisation des visites, la constitution du dossier, la rédaction du bail et l'établissement de l'état des lieux d'entrée.

Les autres frais de location sont à la charge du bailleur et non plafonnés.

Le montant des honoraires payés par le locataire pour ces prestations doit être inférieur ou égal à celui payé par le bailleur ainsi qu'à un plafond établi par mètre carré de surface habitable (hors terrasse, cave, garage...) du logement mis en location. Depuis le 15 septembre 2014, les honoraires facturés par les agents immobiliers aux locataires sont plafonnés, entre 11 et 15 euros par m² selon la situation du logement.

 

 

Logo - La finance pour tous Ce dossier a été réalisé par la Finance pour tous.

Pour en savoir plus
Pédagogie de l'argent
Pédagogie de l'argent

Imprimer Envoyer Zoomer
S'abonner à la newsletter :