Connexion à votre espace personnel
 

Formation au ministère des Affaires étrangères

Depuis le DIF*, créé en 2007, et en attendant le Compte personnel d’activité), la formation professionnelle tout au long de la vie est un droit ouvert à tout fonctionnaire. Mais aussi une plus-value pour l’organisation. Le ministère des Affaires étrangères propose un dispositif très étoffé.

Carence d’acculturation, insuffisante préparation des fonctionnaires accédant à l’encadrement supérieur… En 2008, le « Livre blanc sur la politique étrangère et européenne de la France » jette un pavé dans la mare diplomatique : les agents du Quai d’Orsay manqueraient d’accompagnement dans les différentes étapes de leur carrière !

Pour y remédier est ainsi lancé en avril 2010 l’Institut diplomatique et consulaire (IDC). L’offre en est double : un cursus de 14 semaines, obligatoire, destiné à former à la culture « maison » tous les nouveaux agents de catégorie A par un brassage des expériences, et un cycle de 50 jours, modulé sur trois ans, dédié aux personnes à mi-carrière accédant pour la première fois à des fonctions d’encadrement supérieur… Le dispositif vient d’ailleurs tout juste d’être labellisé par la DGAFP.

Plus d’un tiers de mouvements chaque année 
Mais pour enrichir le jeu professionnel de ses 14 000 agents, dont 76 % servent à l’étranger et 36 % (hors recrutés locaux) sont, chaque année, promis à la mobilité fonctionnelle et/ou géographique, le ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI) dispose aussi d’autres cartes. « La question de la formation occupe le cœur de nos priorités RH », souligne son sous-directeur de la formation et des concours, Denis François. Dans cet univers, où le changement est consubstantiel à la carrière, s’impose en effet une exigence majeure : faire des excellents généralistes initialement recrutés d’éminents spécialistes à chaque nouvelle mission !  
Chiffres

250 actions de formation, d’une journée à 14 semaines, sont chaque année affichées par le MAEDI, parmi lesquelles des formations linguistiques dont bénéficient 2 000 stagiaires de toutes catégories, de l’initiation au perfectionnement.

Un effet gagnant-gagnant

« Pour assurer cette performance, des possibilités - ou obligations - de se former sont donc dispensées pour tous les agents du ministère, depuis le recrutement et tout au long de la carrière, sessions linguistiques bien sûr, mais aussi plus techniques, autour des pays et métiers (diplomatie économique, environnement, sécurité, management…) », décrit le cadre du MAEDI.

Organisées selon les cas à Paris ou à l’Institut de formation aux affaires administratives et consulaires nantais pour les agents de catégorie B et C, ces actions de formation constituent un investissement annuel de 2,1 millions d’euros. De l’argent certes, mais surtout de l’or pour les agents à l’évolution régulièrement soutenue et pour l’organisation tout entière, ainsi assurée de la constante adaptabilité de ses effectifs.

 
Que contient le compte personnel d'activité ?

Le compte personnel d’activité (CPA) englobe le compte personnel de formation (CPF), le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) et le compte d’engagement citoyen (CEC), lequel traduit en droits à la formation certaines activités bénévoles. Des discussions sont en cours pour étendre au secteur public ce dispositif introduit dans le secteur privé par la loi 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels.

*Le Droit individuel à la formation (DIF) a été introduit par la réforme de la formation professionnelle dans la fonction publique mise en œuvre par la loi du 2 février 2007 relative à la modernisation de la fonction publique, ainsi que par la loi du 19 février 2007 relative à la fonction publique territoriale.

 

 

 

Laurence Denès, Le Réseau Service Public

 

Pour en savoir plus
Coaching cadres hospitaliers - sommaire
Coaching des cadres hospitaliers

Ni conseil ni formation, le coaching irrigue le champ professionnel de sa pratique sportive, puisant à son objectif - la performance - l’art de développer les potentiels. Séduit, le secteur public l’adopte afin de booster l’employabilité de chacun. Le Centre national de gestion des praticiens hospitaliers et des personnels de direction de la FPH en est un bel exemple.


Imprimer Envoyer Zoomer
S'abonner à la newsletter :