Connexion à votre espace personnel
 

Lyon permet à ses agents inaptes de « Rebondir »

Le dispositif Rebondir, lancé fin 2014, a permis à 40 agents de la ville reconnus inaptes d’occuper des postes de transition professionnelle. 40 % d’entre eux ont réussi leur reconversion.

Sur les 7500 agents territoriaux de la ville de Lyon, certains n’arrivent pas à suivre le rythme. Confrontés à des métiers, comme dans la petite enfance, où l’usure survient plus tôt que dans des services administratifs, ils leur arrivent de craquer. Reconnus inaptes par la médecine du travail, il leur faut envisager un nouvel avenir professionnel au sein de la même collectivité. C’est pour eux que le dispositif Rebondir a été pensé et lancé fin 2014.

« Ce dispositif n’est pas destiné à des agents qui en ont ras-le-bol du métier qu’ils font et qui médicalisent cette ‘usure’. Il s’adresse à des agents inaptes et reconnus comme tels », assure Cécile Taite, responsable emploi et parcours professionnels aux ressources humaines de la ville de Lyon.

Densifier la formation

Rebondir repose sur quatre axes : améliorer les conditions de travail, développer de véritables parcours professionnels, recruter plus efficacement en anticipant le fait que certains métiers ne peuvent se faire à vie, recenser les postes disponibles pour agir dans le sens de la reconversion.

Une quarantaine de postes dits de « transition professionnelle » ont été identifiées. « Ce sont des postes où la collectivité a des besoins, comme les agents d’accueil ou de surveillance des voies publiques », affirme Cécile Taite. Sur son nouveau poste, l’agent est entouré d’un agent-tuteur et bénéficie de formations ponctuelles. Il revient ensuite à un comité de pilotage, composé du chef de service et du supérieur hiérarchique, du conseiller mobilité de la DRH et du tuteur d’acter le principe d’une reconversion réussie.

Trois ans après son lancement, un premier bilan a été tiré : 40% des agents en transition professionnelle ont réussi leur reconversion, les 60% restants poursuivant « la consolidation de leur apprentissage ».

Des données prospectives à affiner

« Nous avons décidé d’améliorer le dispositif, notamment en matière de formation, pour la rendre plus en adéquation avec les compétences de l’agent. L’approche prospective est plus difficile à affiner. Difficile en effet de savoir si tel agent qui arrivera à l’âge de la retraite décidera de le faire ou si la collectivité le remplacera. Nous devons là aussi disposer de données plus précises », conclut Cécile Taite.

 
Reclassement des agents devenus inaptes

Que dit la loi en la matière ? Elle est d’une grande clarté : les agents reconnus inaptes, suite à un accident ou à une maladie, et ne pouvant plus exercer temporairement leur métier doivent pouvoir être reclassés dans des fonctions correspondant à leur grade. Ce reclassement ne concerne pas seulement les titulaires : les stagiaires et les agents non titulaires peuvent en bénéficier au nom du principe général du droit (Conseil d’Etat, 7/5 SSR, 2 octobre 2002 n°227868, publié au Recueil Lebon). 

 

 

Stéphane Menu, Le Réseau Service Public

Pour en savoir plus
Qualité de vie au travail - sommaire
Qualité de vie au travail : se sentir bien pour travailler mieux

Très présente dans les débats actuels, la question de la qualité de vie au travail fraie son chemin au sein des organisations publiques en mutation. Car, complexe et exigeante, elle est surtout devenue impérative pour réussir le pari de la performance sans renoncer au sens.


Imprimer Envoyer Zoomer
S'abonner à la newsletter :