Connexion à votre espace personnel
 

Reconnaissance non monétaire

Reconnaissance non monétaire : une gratification aussi importante que la rémunération. Certes, la rémunération traduit la valeur du travail, mais fonder l’engagement sur la seule rétribution monétaire est voué à l’échec, comme en témoignent de nombreuses expériences. Respect, autonomie, fierté…D’autres formes de reconnaissance jouent en effet sur la motivation. Elles sont possibles et indispensables !

Salaires bloqués, intéressements insuffisants pour impacter la motivation… Et si ces faiblesses du secteur public étaient une chance ? Car, de Edward Deci à Sam Glucksberg, (Professeurs de psychologie) toutes les expériences le prouvent : la rémunération ne permet pas, à elle seule, de satisfaire le besoin de reconnaissance d’un individu. Pire, les incitations monétaires détruiraient même la motivation intrinsèque !

« L’essentiel est surtout de permettre aux personnes de se sentir reconnues et de se reconnaître dans leur travail », pose le sociologue-consultant Jérôme Grolleau, auteur de « La reconnaissance non monétaire, un nouveau territoire managérial »(1).

Des agents consultants

Pour que « chacun aspire ainsi à sentir qu’il existe et compte », l’organisation doit décliner les dispositifs cultivant confiance et estime de soi. Les dynamiques en sont variées. En premier lieu, « soutenir la part contributive de chacun, en sollicitant son expertise et stimulant sa prise d’initiative », explique Jérôme Grolleau.

Au centre hospitalier de Montluçon (Allier), par exemple, « managers et exécutants travaillent ensemble à revisiter les organisations de travail, le pilote de chaque action étant choisi en fonction de sa pertinence en la matière, et non de son grade ou de sa position hiérarchique », rapporte le directeur de la stratégie de l’établissement, David de Freitas.

Faire savoir le savoir-faire

Outre ces démarches participatives et de crédit d’autonomie, le travail des agents doit aussi être valorisé. Publiquement comme le fait le prix du manager public qui valorise la créativité de personnels mobilisés en mode participatif pour imaginer eux-mêmes un meilleur service ou fonctionnement interne. Ce prix est soutenu par le Secrétariat général pour la modernisation de l'action publique. Il peut s’agir aussi de se féliciter entre agents, comme le fera la ville de Suresnes à compter de septembre 2016 (lire encadré).

Enfin, « il ne faut pas omettre la reconnaissance en tant qu’employeur», rappelle Jérôme Grolleau. Cela tombe bien : formation, déroulement de carrière et mobilité font partie intégrante du statut.

 
Des fleurs entre collègues !

À partir de septembre 2016, les 1 300 agents de la ville Suresnes (Hauts-de-Seine) pourront s’envoyer des fleurs ! Grâce à une application sur l’intranet, chacun d’eux pourra en effet – anonymement – décorer d’une fleur un (ou plusieurs) de ses collègues afin d’en souligner le leadership, saluer l’innovation, féliciter l’efficacité ou remercier la disponibilité. Et toutes les 30 fleurs virtuelles, les récipiendaires recevront un cadeau symbolique de la DRH… « Parce que la reconnaissance entre pairs est indispensable à la motivation et à la qualité de vie au travail », argumente la directrice générale adjointe « RH dialogue social, conduite du changement territoire », Christine Dubuis.                   

 

 Article de Laurence Denès du Réseau Service Public

 

(1)  Les Cahiers de l’Observatoire social territorial (OST) de la MNT, n°11, mars 2014

Imprimer Envoyer Zoomer
S'abonner à la newsletter :