Connexion à votre espace personnel
 

Plus d’un an après le début de la crise sanitaire, 83% des agents de la Fonction publique estiment être encore plus utiles, selon une enquête de la CASDEN Banque Populaire

A l’occasion du 23 juin, journée internationale de la Fonction publique, la CASDEN Banque Populaire, banque coopérative de la Fonction publique, dévoile les résultats d’un sondage réalisé par l’Institut BVA sur le vécu et les perspectives des agents de la Fonction publique plus d’un an après le début de la crise sanitaire. Déjà réalisée l’année dernière, cette édition permet de connaître l’évolution de l’opinion des fonctionnaires sur la crise et l’avenir de la Fonction publique.

Les agents de la Fonction publique se sentent utiles, mais…

Premier enseignement de cette étude, les agents de la Fonction publique se considèrent encore plus utiles aujourd’hui (83%, + 11 points) et fiers de leur mission (79%, + 6 points) qu’il y a un an. Le soutien entre collègues reste majoritaire (85%, +2 points).

La catégorie qui ressort le plus sur ces questions est la Fonction Publique Hospitalière avec un total de 93%, 85% et 89%, respectivement.

Néanmoins, la durée de la crise pèse. Il y a un an, les agents de la Fonction publique étaient plus nombreux à avoir le sentiment de bien vivre la situation pendant la crise sanitaire (73% en 2020 contre 68% en 2021). L’écart se creuse auprès de ceux de la Fonction publique hospitalière (67% en 2020 contre 51% en 2021).

Cette tendance est à rapprocher du ressenti au quotidien : les fonctionnaires ne se sentent pas valorisés (71%), ni reconnus par la société (66%) ni soutenus par leur hiérarchie (46%), ni l’Etat (75%).

De plus, les difficultés rencontrées par les fonctionnaires ont augmenté, notamment au niveau du manque d’information (67%, +4 points), des problèmes de santé (63%, +15 points), du manque de moyens pour effectuer leur travail (61%, +4 points) et l’isolement/la solitude (51%, +4 points).

  

Une bonne perception du télétravail même si sa pratique reste minoritaire

Élément majeur, face à la crise sanitaire, les agents de la Fonction publique ont vu leurs conditions de travail s’adapter de façon variée selon les métiers exercés et les situations personnelles.

Ainsi, le télétravail s’est progressivement mis en place, même si encore 50% des agents de la Fonction publique n’occupent pas une mission qui permet le travail à distance, principalement dans la Fonction publique hospitalière ou territoriale

Sur l’ensemble, 41% déclarent avoir travaillé à distance sur un rythme alternant le présentiel et le distanciel, tandis que la majorité (59%) a continué à se rendre sur son lieu de travail. Sur ce dernier point, il ressort de l’étude qu’un quart des fonctionnaires n’ayant pas pu télétravailler souhaiterait en faire (23%). Sur ce sujet, les enseignants sont plus mitigés : 49 % déclarent ne pas souhaiter télétravailler.

Globalement, la majeure partie des fonctionnaires (74%) ayant eu recours au télétravail au moins une fois par semaine estime que l’organisation et sa mise en place a été bien prise en charge. Cet avis est globalement moins positif auprès des enseignants (47%).

 

Une conciliation de la vie privée et professionnelle aisée, en particulier pour les agents de la Fonction publique territoriale

Alors que les nouvelles organisations professionnelles ont chamboulé les vies personnelles depuis plus d’un an maintenant, 74% des fonctionnaires qui font du télétravail estiment que cela leur permet de mieux concilier leur vie professionnelle et personnelle (86% des fonctionnaires territoriaux contre 55% des enseignants).

De plus, pour la majorité, cela leur permet d’exercer pleinement leur activité professionnelle. Cependant, ce n’est pas le cas pour toutes les catégories, la satisfaction reste moindre pour les enseignants ayant eu recours au télétravail pendant la crise (46%).

 

Et qu’en est-il de l’avenir de la Fonction publique ?

Les fonctionnaires sont partagésentre optimisme et pessimisme (51% contre 49%), tout comme en 2020. Pour autant, dans le détail, 74 % des agents de la Fonction Publique sont pessimistes concernant l’évolution du fonctionnement de la Fonction publique, 72 % sur l’image des fonctionnaires auprès des Français ou 69 % sur la reconnaissance de leur travail.  

Mais l’intérêt de la mission demeure : 80% des répondants se voient continuer à exercer leur métier actuel, alors qu’un fonctionnaire sur cinqsouhaite demander une mobilité ou se réorienter.

Les réformes en cours concernant la Fonction Publique (loi de transformation de la FP, réforme de l’ENA) vont plutôt dans le mauvais sens d’après la majorité des répondants. En effet, 60%d’entre eux pensent que ces réformes ne vont pas transformer efficacement le secteur de la Fonction Publique.

Sentiment partagé bien que légèrement moins prononcé (56%) sur leurs futurs impacts en termes d’attractivité des métiers.

  

Les partenaires de la CASDEN réagissent aux résultats du sondage 

Sigrid Berger, Présidente fondatrice de Profil Public 

« Un an après le début de la crise, cette étude montre que le renforcement de l’attractivité du secteur public ne se fera pas sans transformations managériales et organisationnelles vers plus de flexibilité, plus d’autonomie et plus de reconnaissance. A l’heure où collaborateurs et candidats recherchent plus de sens et d’impact dans leur travail, cette transformation est nécessaire pour attirer et fidéliser les talents au service de l’intérêt général. »

Association FP21 - Fonction Publique du XXIème Siècle

« En 2020, deux enquêtes ont été menées par FP21 auprès des jeunes agents publics pour recueillir leurs ressentis dans le contexte de crise sanitaire. Elles ont montré que l'installation de la crise sanitaire a révélé une part d’épuisement et de lassitude des agents publics dans la conduite de leurs missions quotidiennes au sein des établissements et administrations. Nous avons en effet toutes et tous été confrontés plus fortement, du fait de la crise et dans l'urgence, aux dysfonctionnements organisationnels engendrés par la déconnexion encore existante entre une sphère stratégique et décisionnelle, qui conçoit la politique publique, et une sphère faite de réalités et de terrain, qui la met en œuvre. En dépit de ce fait, le cercle vertueux de la coopération interprofessionnelle ou inter fonctions publiques a été nettement mis en lumière. C'est ce qui nous a permis de traverser cette crise avec la conscience que chaque maillon de la chaîne, visible ou non, est indispensable à la réussite du collectif. Pour cela il faut se connaître, connaître l'écosystème et, souvent, savoir y naviguer en dehors des cadres établis en "mode projet" pour mener des missions de service public, parfois à forts enjeux sociétaux, qui gardent du sens ou qui en créent. C'est un équilibre complexe à trouver et l'engagement citoyen des agents publics qui le souhaitent est une des voies pour y parvenir. Les réformes de la Fonction publique doivent permettre de le soutenir, sinon de l'encourager ». 

Damien ZAVERSNIK, Président de La Cordée, Association pour l’égalité des chances
« Ce sondage confirme un terrible paradoxe pour le service public. Alors que les agents publics sont fiers de leurs métiers, que leurs missions n'ont jamais été aussi utiles qu'en ces temps de crise sanitaire, sociale et économique, ils restent largement déconsidérés par la société. Un effort majeur doit être entrepris pour que les métiers publics soient davantage visibles, reconnus à leur juste valeur et accessible à tous quelle que soit l'origine sociale ou géographique. L'association La Cordée appelle les fonctionnaires à rester fiers de leur action. Elle s'engage à leurs côtés pour incarner une vision positive de la Fonction publique et agir concrètement en faveur d'un nouvel ascenseur social par et pour les carrières publiques. »

Thibaut Reffay, Association Atraksis

« La Fonction publique doit poursuivre sa transformation. La crise du COVID a permis, sur certains aspects, d’accélérer cette transformation. L’agilité et la capacité d’adaptation seront des incontournables de nos organisations publiques pour affronter les enjeux du XXIème siècle. Pour réussir ces adaptations organisationnelles tout en améliorant la qualité du service rendu à l’usager, nos organisations publiques devront placer l’humain au cœur de ces réflexions de transformation. Il sera donc nécessaire d’attirer, de fidéliser et de développer une grande diversité de talents. »

Virginie Madelin, Directrice Générale de l’Institut de la Gestion Publique et du Développement Économique (IGPDE)

« L’importante dissonance entre le sentiment élevé d’utilité des agents (83%) et l’impression tenace
d’un manque de reconnaissance par la société, fait écho à l’écart entre l’image dégradée qu’ont les français des services publics en général alors qu’ils sont très satisfaits de l’expérience concrète qu’ils en ont au guichet, au téléphone ou en ligne. Dans ces écarts entre utilité réelle et reconnaissance par les autres, entre image d’Épinal des services publics et l’expérience effective, se jouent la question de la compétence des agents publics et de sa mise en valeur. Si la formation des agents est le socle de la qualité de leurs compétences, le dernier kilomètre de la symétrie des reconnaissances repose sur l’éducation des usagers. » 

Fabien TASTET, Président de l’AATF

« Dans le cadre des enquêtes que l’AATF a menées lors de son retour d’expérience des collectivités face à la gestion de crise sanitaire, il a pu être constaté une large amélioration des conditions d’organisation et de fonctionnement des collectivités sur le management à distance et le volet télétravail en particulier depuis mars 2020. Les collectivités ont adapté les modalités de télétravail, en permettant des retours réguliers au bureau, en facilitant l’accompagnement technique et managérial, pour les métiers qui le permettent. C’est ce que confirme le sondage réalisé par la CASDEN en indiquant que 74% des fonctionnaires qui télétravaillent depuis le début de la crise sanitaire trouvent que cela se passe bien d’un point de vue technique et organisationnel. »

Mathilde Icard, Présidente de l’Association des DRH de Grandes Collectivités

« Plus d’un an après le début de la crise, ce sondage porté par la Casden montre des agentes et agents qui ont le service public chevillé au corps. Cet engagement a été essentiel pour garantir un service public de qualité et en constante adaptation durant cette année. Mais cet engagement ne doit pas nous faire oublier que ces agentes et agents ont soif d’évolution, ont besoin de politiques de prévention qui les préservent de l’isolement et de collectifs de travail à (re)construire. Cette année inédite a aussi ancré le télétravail comme mode d’organisation du travail, l’enjeu des prochains mois sera de l’intégrer dans les usages hors crise. Digitalisation, sens au travail, prévention...autant d’enjeux sur lesquels travaillent actuellement les Drh et que ce sondage éclaire. » 

Romain Pasquier, Directeur de Recherche au CNRS et titulaire de la Chaire TMAP (Territoires et Mutation de l’Action Publique

« Le sondage illustre parfaitement les contradictions qui traversent la fonction publique contemporaine. Après plus d'un an et demi de crise sanitaire, les fonctionnaires se sentent plus que jamais utiles à la société. Ils ont fait partie de ces groupes de première ligne qui ont tenu au plus fort de la pandémie dans les hôpitaux, les Ephad, les écoles, les collectivités territoriales. Pourtant ils continuent de douter. Ils estiment de pas être suffisamment reconnus aussi bien dans la société que par l'Etat. Un sentiment de déclassement est perceptible dans cette enquête. Ils attendent une valorisation de la fonction publique aussi bien en termes de salaire que de mobilité professionnelle. »

Yvonic Ramis, Président de l’ADGCF (Association des Directeurs Généraux des Communautés de France)

83 % des agents publics estiment être, en 2021, encore plus « utiles » : pour l’ADGCF, cette donnée, issue de l’enquête réalisée par la CASDEN, est essentielle. Elle rappelle combien nos administrations, mises sous pression par la crise sanitaire, sont plus que jamais sous-tendues par le principe d’intérêt général. In fine, l’enquête met en lumière le fait que les agents de l’État, des hôpitaux et bien sûr des collectivités territoriales prennent des initiatives, expérimentent de nouvelles organisations du travail et tracent les voies d'un autre futur possible pour le service public local et son destinataire final, l’usager. Nos agents publics sur le terrain ou en soutien logistique ont su œuvrer, au plus dur de la période pandémique, main dans la main et dans le cadre de nouvelles dynamiques partenariales : rappelons-le et, surtout, valorisons-les !

Zaynab Riet, Déléguée générale de la Fédération Hospitalière de France
« Les résultats de ce sondage sont très révélateurs des retours que nous pouvons avoir de nos hospitaliers sur le terrain. Que les agents de la fonction publique déclarent être fiers, ils peuvent l’être notamment les hospitaliers car ils ont joué le rôle de bouclier sanitaire de la Nation pendant cette crise. Néanmoins, le combat aura été très éprouvant pour les équipes de la Fonction publique hospitalière d’où ce sentiment accru d’avoir moins bien vécu cette deuxième vague. C’est la raison pour laquelle la FHF s’est fortement engagée pour elles notamment dans le cadre des accords du Ségur de la santé afin de revaloriser leurs carrières. C’est sans doute l’une des explications du recul certes léger du pessimisme même si, nous le savons, beaucoup reste à faire pour leur apporter encore plus de garanties sur leur avenir. »

Michèle APPELSHAEUSER, Présidente du CEFIEC

« La crise sanitaire a mis en lumière les difficultés dénoncées depuis de nombreuses années par les professionnels de santé. Cette présente enquête démontre la problématique de l'attractivité des métiers en santé, sentiment exacerbé récemment par la multiplicité des réformes. Nombre de soignants ont perdu le sens de leur engagement professionnel et avec la crise, suite à une prise de conscience de la perte des valeurs professionnelles, nombreux sont ceux qui ont quitté le monde hospitalier et la Fonction publique. »

Jérôme Goeminne, Président du SMPS, Syndicat des Manageurs Publics de Santé

« Les résultats du sondage sont édifiants quant à l’impact de la crise sanitaire dans le service public hospitalier. Si nos collaborateurs sont engagés, des mesures pour entretenir leur vocation et leur apporter la reconnaissance méritée sont indispensables. Il est donc urgent d’engager un double choc d’amélioration du bien-être au travail et d’attractivité. »

Matthieu GIRIER, Président de l’ADRHESS (Association pour le Développement des Ressources Humaines dans les Établissements Sanitaires et Sociaux)

 « Le sondage réalisé par la CASDEN démontre que les professionnels du secteur public, dont les agents publics hospitaliers, ressortent éprouvés de la crise de la COVID19. Cette période inédite a conduit une profonde réinterrogation, à la fois individuelle et collective, des parcours de carrière que permettent la fonction publique, qui se conclut, pour plus de 92% des personnes sondées, par la réaffirmation d’une volonté forte de demeurer au service du public. Panser les difficultés rencontrées pendant la crise doit désormais être l’objectif premier des politiques publiques, afin de redonner à chacun le goût d’avancer ensemble. »

 

Les résultats complets de l’enquête sont disponibles sur demande

 

Méthodologie : Un échantillon de 1 001 personnes a été questionné sur internet, du 26 avril au 3 mai 2021. Cet échantillon de Français, âgés de 18 ans et plus, répond à une méthode des quotas (sexe, âge, type de fonction publique et catégorie hiérarchique) afin de constituer un panel représentatif des fonctionnaires français.

 

 

A propos de la CASDEN Banque Populaire

Banque coopérative de la Fonction publique, la CASDEN fait partie du Groupe BPCE, deuxième groupe bancaire en France. A fin 2020, la CASDEN compte 585 collaborateurs, 227 Délégués CASDEN, 8 225 Correspondants dans les établissements de la Fonction publique, et plus de 2 millions de Sociétaires.

www.casden.fr 

www.twitter.com/casden_BP

 

Contacts presse : Stéphanie Guillas – stephanie.guillas@casden.banquepopulaire.fr – 01 64 80 34 62

Agence Auvray & Associés : Teninsy Savane – t.savane@auvray-associes.com – 01 58 22 21 15


Imprimer Envoyer Zoomer