Agents volontaires pendant les Jeux de Paris 2024
18 avril 2024

Agents volontaires pendant les Jeux de Paris 2024 

Être bénévole pendant les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 ? C’est ce qu’ont choisi 120 agents du Département de Seine-Saint-Denis, en s’engageant dans le dispositif des relayeurs et relayeuses mis en place par la collectivité. Compétences, engagement, motivation, lien social… Ils en tirent une multitude d’avantages !

 

 

 

Partager

Donner aux agents la possibilité de participer aux Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 : c’est l’idée du dispositif « Relayeurs et Relayeuses 2024 » mis en place en septembre 2022 dans le Département de Seine-Saint-Denis – qui accueille une partie des épreuves. Concrètement, les agents volontaires sont libérés sur une partie de leur temps de travail pour se former et aider sur des événements en amont des jeux, et pendant.

120 agents volontaires

Depuis l’ouverture du dispositif, 120 agents issus de 18 directions se sont portés volontaires – sur les 8 000 que compte le département. Leur mission est double : aider sur les événements liés au jeu (notamment via des missions d’accueil et d’information), mais aussi remplir un rôle d’ambassadeur en promouvant les jeux – tant auprès de leurs collègues que du public. Pour ça, ils ont bénéficié de quatre jours de formation sur divers sujets : histoire des jeux, découverte des lieux qui les accueillent en Seine-Saint-Denis, sensibilisation aux discriminations et aux handicaps, formation aux premiers secours, etc. Les plus volontaires ont aussi déjà fait quelques heures de bénévolat sur divers événements pour faire connaître les Jeux de Paris 2024. Durant l’été, ils seront mobilisés cinq jours consécutifs.

Tous les agents qui souhaitaient s’engager comme relayeurs ont été acceptés, à une seule condition : l’accord de leur hiérarchie, qui doit pouvoir assurer le service malgré leurs absences. En échange de son engagement, chaque agent a reçu deux places pour assister aux épreuves.

Des agents qui se développement professionnellement

« L’objectif principal est d’avoir du monde mobilisé pendant les jeux, et d’avoir de l’aide sur les événements. Mais en interne, ça nous permet aussi de favoriser l’engagement des agents », explique Lena David, chargée du dispositif au sein du Département.

Car au-delà des places obtenues, les relayeurs et relayeuses y voient une multitude d’avantages. « Depuis un peu plus d’un an, nous avons diverses formations : éco-responsabilité des jeux, accompagnement du public dans les gestes écologiques, lutte contre les discriminations… Je fais des ponts avec mon travail », souligne d’abord Bertrand Mignot, assistant socio-éducatif, judoka sur son temps personnel et relayeur de la première heure.

Denise Calabre, qui occupe un poste administratif au sein de la direction Enfance et Famille, y voit aussi un lien nouveau avec les administrés : « Le dispositif me permet de sortir du cadre de mon travail et d’acquérir des compétences en termes d’accueil, avec un public que je n’ai pas l’habitude de côtoyer ».

« Ça donne de l’élan »

Mais surtout, les deux volontaires y voient une manière de créer du lien en interne comme en externe : « C’est une belle aventure humaine : cela permet de rencontrer d’autres collègues, d’autres agents d’autres services, et de créer du lien avec le public », constate Bertrand Mignot.

Les deux soulignent leur motivation à mettre en valeur des jeux, mais aussi les actions du Département. Et au quotidien, Denise Calabre, qui avait déjà été bénévole dans les centres de vaccination durant la période covid, en tire une vraie satisfaction : « Ça donne de l’élan, c’est une bouffée d’oxygène », observe-t-elle. Avant de conclure : « Ce genre d’événement, on ne le vit pas deux fois dans une vie. Là, je suis au cœur de l’action. J’ai 62 ans, et je souhaite finir ma carrière avec le sentiment d’avoir été utile à la collectivité ».

 

Julie Desbiolles, Réseau service public

 

Articles liés
Métiers
Semaine de quatre jours dans la Fonction publique : où en est-on ?
Alors que plusieurs organisations publiques et privées ont expérimenté la semaine de quatre jours, les premiers retours d'expérience sont à la fois positifs... Et prudents. Les trois versants de la Fonction publique sont encouragés à prolonger ces expérimentations.
Lire la suite
Métiers
Cumul des activités dans la Fonction publique : comment ça marche ?
Être agent public et nutritionniste, céramiste, entraineur de foot, écrivain à ses heures perdues ? Pourquoi pas... Mais la double activité dans la Fonction publique est strictement encadrée ! Le code général de la Fonction publique décrit précisément dans quel contexte un agent public peut cumuler deux activités professionnelles.
Lire la suite
Agents volontaires pendant les Jeux de Paris 2024